mardi, août 09, 2005

Le procès Microsoft
Née en 1975 à Albuquerque (Nouveau Mexique,USA) de l’initiative de deux étudiants,Bill Gates et Paul Allen, Microsoft Corporation symbolise la toute puissance de l’Amérique et encore plus la réussite. Dès les années 80, ils réussissent un coup d’éclat formidable en créant MS-DOS, un système d’exploitation (le logiciel cerveau de l’ordinateur chargé de faire le lien entre l’utilisateur, les applications, les ressources machines…). Le produit le plus connu de la firme maintenant installée à Redmond (Washington, USA) appartient aussi à cette catégorie, il s’agit de Windows. Simple interface graphique au départ, il a évolué rapidement, écrasant les concurrents sur son passage. 31 versions existent actuellement dont les plus fameuses : Windows 95,Windows 98, Windows Me, Windows NT et le standard grand public actuel Windows XP. Ce succès a fait de Bill Gates l’homme le plus riche de la planète (fortune estimée à 46 milliards de dollars). Microsoft produit aussi des jeux vidéo, des logiciels utilitaires, des navigateurs internet et toute sorte de logiciel. Bien entendu, la firme de Redmond est fortement critiquée : elle inventerait peu et copierait et ses produits seraient peu fiables, chers et bourrés de spywares (logiciels espions).
Pourtant, le procès que la Commission Européenne fait à Microsoft ne lasse pas de me surprendre sur les motifs (pour les véritables raisons, il suffit de voir un brin de jalousie et d’anti-américanisme) au risque de tempérer la joie de mes compatriotes. On reproche tout simplement à Microsoft de vendre son système d’exploitation avec son lecteur multimédia Windows Media Player, ce qui constituerait un « abus de position dominante » selon les concurrents du géant des logiciels en particulier Real. L’autre « chef d’inculpation » est la position de quasi-monopole. Microsoft a donc été condamné à mettre en vente une version sans WMP de nom Windows XP N et surtout à unesanction de 497.5 millions d’euros (rien que ça. Et pendant ce temps la SNCF continue d’être subventionnée par le contribuable). Je vais donc rappeler quelques petites choses à la Commission Européenne.
Tout d’abord qu’est-ce qu’un monopole ? En reprenant la définition de Wikipedia, un monopole est une situation de marché où il y’a plusieurs acheteurs mais un seul vendeur. Nous ne sommes aucunement dans cette situation ici : s’il y’a bien plusieurs clients, on trouve aussi plusieurs fournisseurs, ce que beaucoup de gens ignorent. Outre les systèmes de Microsoft, on retrouve les dérivés d’Unix (Linux –très populaire dans le milieu des passionnés d’informatique-, BSD, les UNIX propriétaires..), eCos, Gnu/Hurd, SkyOs et des dizaines d’autres. Il apparaît clairement que l’appellation monopole ne convient pas ici. Je parlerais donc juste d’un marché dominé par Microsoft. Ce cas diffère ainsi totalement du monopole de la SNCF ou d’EDF. Qui plus est la loi n’interdit aucunement la concurrence comme c’est le cas pour les entreprises publiques. Le deuxième motif me semble aussi ridicule. De quel droit on interdirait à une société de vendre ses produits ensembles ? Reproche-t-on à PSA de vendre des carrosseries ou des directions PSA ?? à Sony de vendre avec ses téléviseurs une télécommande Sony ? Avouez que c’est aberrant. Le fait le plus comique de l’histoire n’a pas fait grand bruit, n’étant pas à l’avantage des détracteurs de Microsoft. Ces derniers ont crié au scandale quand ils se sont aperçus que certains de leurs logiciels présentaient des problèmes de compatibilité avec la version allégée. Et pour cause : leurs programmes utilisent pour la plupart les fichiers de Windows Media Player. Tiens, tiens, vous avez dit bizarre ?

Libellés : , ,

5 Comments:

Blogger Simon said...

j'ai écrit cet article pour mon blog, à la suite d'une discussion avec Matt, un libéral belge. celui-ci voulait montrer à un gauchiste à travers le procès microsoft que les entreprises n'étaient pas à l' abri de la justice dans un système libéral. Si c'est bien le cas, il me semble que parler de ce procès n'est pas pertinent.

Soyez surs que je ne suis pas dupe au sujet de microsoft dont les produits laissent parfois à désirer. Néammoins je fais fonctionner la concurrence: j'ai gardé Windows Xp jugeant linux trop dur mais j'ai opté pour Mozilla firefox par exemple.

6:30 PM  
Anonymous Dragonlord said...

"la définition de Wikipédia" --> la définition des internautes... la prochaine fois prends des définitions agrées par l'Académie française, bref, des dictionnaires(à moins que tu prennes les définitions qui t'arrangent)
"rien que ça. Et pendant ce temps la SNCF continue d’être subventionnée par le contribuable"
-->ouais on voit tout de suite le rapport ... et puis Bill Gates a de l'argent, non ? Est-ce qu'avant Microsoft il était aussi riche ?...Il pourrait et devrait par reconnaissance payer cette sanction
"le monopole d'EDF" --> NON, EDF n'est plus le seul fournisseur d'énergie ni d'électricité en France.
Enfin, quand on achète un ordinateur PC en France, on se retrouve sysématiquement avec Windows Media Player (sauf bien sûr si l'on est connaisseur et que l'on l'achète sur mesure. Peut-être considères que les débutants "n'ont qu'à être connaisseurs"...). Cette OBLIGATION (pour les débutants) de posséder WMP quand l'on choisit Windows rend complètement impuissants les autres sociétés qui développe le même type de logiciel. De plus le débutant en informatique n'est plus libre (uisque tu aime tant la liberté...) de choisir son lecteur multimédia. Enfin le marché économique de ce proquit n'est plus libre.
Enfin, dis-moi si tu as fait autant d'études de droits que les membres de la Comssion européenne et que les juges qui s'occupent de cette affaire ... Peut-tu vraiment parler de justice sans connaître le droit ?

8:20 PM  
Blogger Simon said...

Wikipedia est une encyclopédie libre mais modérée. j'ai choisi cette définition parcque je n'avais pas de dico sous la main.

voici celle du Larousse: "privilège exclusif, de droit ou de fait, que possède un indvidu, une entreprise ou un organisme public de fabriquer de vendre ou d'exploiter certains biens ou services"



Bill Gates ne possède pas à proprement parler beaucoup d'argent. En rvanche, ce sont ses parts de la societé sous forme d'actions qui font sa fortune qu'il a amplement meritée à mon avis.


Ton dernier argument ne tient pas non plus debout puisque ty peux choisir un autre système d'exploitation. Lorsque tu achètes une voiture te laisse-t-on le choix pour les équipements??

2:58 PM  
Blogger Simon said...

quelques articles intéressants de l'institut molinari:
http://www.institutmolinari.org/editos/20050120.htm
http://www.institutmolinari.org/editos/20050509.htm
http://www.institutmolinari.org/editos/20050422.htm
http://www.institutmolinari.org/editos/20050321.htm

12:09 PM  
Anonymous Anonyme said...

L'Etat de droit libéral me semble dans son rôle lorsqu'il cherche à décourager les monopoles afin de redonner un coup de pouce à la concurrence de temps en temps.

L'histoire est compliquée, et souvent des monopoles ou oligopoles se sont constitués, avec des abus de position dominante, et ça continuera. Comment garantir la libre concurrence. Puisqu'on a un état, autant qu'il serve à quelque chose d'utile.

Je ne suis pas très objectif : Je suis libéral de gauche, et également fan de Linux, de logiciel libre, de partage du savoir et d'intelligence collective. Et quand je revois l'histoire de l'informatique, je regrette que le potentiel de l'Amiga, d'OS2, de Next, et du macintosh ne se soit pas exprimé à fond. Je reconnais les qualités et les innovations des produits Microsoft, et je ne prétends pas que son succès est immérité... mais en informatique dans ces années là, par manque d'opérabilité et de standard, il y a eu une course systématique au logiciel majoritaire pour espérer bénéficier de l'effet de seuil le premier.

De façon générale, je ne suis libéral pragmatique, et si le recours à la puissance publique semble avoir plus de conséquence positive que négative, tout bien peser, pourquoi ne pas essayer.

Pourtant je suis gené également par l'argumentation utilisée : intégrer Windows Media Player serait un abus de position dominante.

On peut être libéral, je veux dire bien plus libéral que 80% de la population française, et penser que l'Etat peut aussi faire des choix politiques et avoir une influence.

Je sais qu'en théorie (libéral) t régalien doit subsister. Mais je ne vois pas en quoi ce serait dramatique qu'il y ait d'un côté une réforme complète du code du travail et de la fonction publique (liberté contractuelle, égalité des statuts, mobilité...) et de l'autre un choix politique de n'utiliser que du logiciel libre lorsqu'il s'agit d'argent public.

Ne peut-on pas être libéral et pragmatique. A être trop dogmatique, ne tombe-t-on pas dans les mêmes travers que tout ces petits groupuscules libertaires, trotskystes et autres qui théorisent sans fin dans le vide ?

7:02 PM  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home

Libre et libéral: blog libéral, subversif et dissident contre le Moloch socialiste