jeudi, janvier 12, 2006

Galileo, le piège utilitariste

A la fin des années 1970, le Department of Defense américain lançait le projet NAV.S.T.A.R-G.P.S, autrement dit le GPS, un système de positionnement par satellite fonctionnant sur le principe de la triangulation grâce à une constellation de 24 satellites. Révolution dans le monde militaire, le GPS n’offrit pendant de nombreuses années qu’une faible précision aux civils (de l’ordre d’un centaine de mètres). En 2000, Bill Clinton permet une amélioration du service pour atteindre une précision de 20 mètres. Tout ceci, je ne vous le cache pas, financé gracieusement par le contribuable américain, qui, comme en France, n’a pas son mot à dire. Quoiqu’ exceptionnel en soit, ce système n’est pas dénué de problèmes : les signaux peuvent être perturbés (par le relief, l’atmosphère, ..), déviés en ricochant sur une surface, et surtout il est placé sous contrôle de l’armée américaine, laquelle a par là même l’opportunité de dégrader les signaux, voire de les couper.
En réaction à l’apparition du GPS, les militaires soviétiques mettent en route le projet GLONASS, qui aurait du s’appeler GRONAZE tellement ses performances tiennent de celles de la Lada.
Ainsi, il était urgent qu’apparaisse un concurrent au GPS en vue de casser le monopole, apporter un meilleur service tout en étant indépendant de la diplomatie ou des intérêts américains. Une organisation que l’on ne connaît pas très bien, usant de sigles ficelles, l’ Union Européenne (payée par vos impôts) s’acoquine alors avec une autre agence l’ESA (un peu long à expliquer mais vous pouvez être certains qu’il y’a quelques centaines d’euros de votre poche dans ce machin) en vue de bâtir…. Galileo. Boum, dans la gueule des Amerloques! Pas moins de trente satellites gravitant autour de 3 orbites différents ça va impressionner le populo, qui, ébloui par la lumière des étoiles n’a pas eu conscience de s’être fait racketté par les racailles fiscales.
A fonctionnement étatique, gestion complexe : l’UE associée, je viens de l’écrire, avec l’ESA fonde Galileo Joint Undertaking (autrement dit une bonne part de votre fric), qui accorde des concessions à deux consortiums iNavSat (EADS, Thales, Inmarsat) et Eurely (Alcatel, Finmeccanica, AENA, Hispasat) valables jusqu’en 2026. Vous suivez ? Je continue. D’autres pays non européens ont aussi signé des accords de participation : la Chine (pas Taïwan, évidemment mais la République Populaire Chinoise), l’Inde, Israël et l’Ukraine, des discussions étant en cours avec une bonne dizaines d’autres pays. Dans ce capharnaüm, on ne sait plus qui fait quoi ou qui paye. Car, vous vous en doutiez, l’addition est salée : environ 3,4 milliards d’euros (je précise environ, les chiffres ayant tendance à prendre de l’altitude de semaines en semaines) dont une grande partie ( à priori un tiers) proviendra de financement publique.
Vous avouerez une chose étrange néanmoins : pour éviter de dépendre de considérations politico-diplomatiques propres au GPS, d’autres Etats rentrent dans le jeu. Autrement dit, le problème n’est pas résolu, il est simplement camouflé : tant que des Etats contrôleront ces systèmes, nous serons à la merci des appétits des puissants rois de ce monde. Enfin, ce que j’en dis, hein…
D’ailleurs, avons-nous réellement besoin de l’Etat pour Galileo? Les fonctionnaires de l’Education Nationale nous ont formé à penser que celui-ci répondrait à tous nos problèmes, et que Galileo étant utile pour tous, il se devait de le financer, mutualisant tous les efforts possibles (dixit l’étatiste). Le journaliste, privilégié du système, rajoutera que les investissements ne peuvent qu’être pris en charge par l’Etat, aucune société privée ne pouvant se permettre des investissements à long terme.
Clouons déjà le bec à l’homme du canard en lui faisant part de quelques découvertes réalisées par le secteur privé : la roue, l’avion, le DVD, la voiture, le chemin de fer, la carte à puce, la voiture hybride, la pile à hydrogène, … Si ces inventions n’ont en effet pas coûtée trois milliards d’euros de développement, il est à noter qu’il est devenu plus aisé de nos jours de trouver des financements, en particulier grâce au système d’actionnariat. Maintenant, passons à votre cher professeur, jadis perché sur les barricades de la Sorbonne et aujourd’hui lecteur assidu du Monde Diplomatique entre deux réunions syndicales : d’une part il n’est pas sûr que tout le monde profite de Galileo (le contraire est même certain) et d’autre part il me semble que l’action de s’accaparer le bien d’une personne sans son consentement porte un nom : le vol. Que ceci soit le fait d’une ou plusieurs personnes n’y change rien, pas plus que son utilité. Rothbard écrivait à ce propos « Un voleur qui justifierait son vol en expliquant comment il a réellement aidé ses victimes et comment ses dépenses ont stimulé le commerce ne convaincrait personne ; mais quand sa théorie revêt l'apparence d'équations keynésiennes et de références édifiantes à "l’effet multiplicateur", elle emporte davantage la conviction, malheureusement. ». Qui plus est, si l’utilité du système n’est plus à démontrer, qu’il y’a des clients potentiels, en bref qu’il est rentable, je ne vois pas pour quelle raison on nous ponctionne. J’avoue volontiers que bâtir une entreprise de toute pièce dans le spatial relève de l’exploit : elles devront sans doute naître de la privatisation des agences existantes.

L'ingérence des Etats relève d'une erreur grossière de jugement économique (résultat de dizaines d'années de keynesianisme utilitariste) sans oublier un souci de propagande pro-Toulouse, pro-Europe et fondamentalement étatiste. Pour autant, je n'imagine pas un instant que mon analyse connaisse un grand succès dans un monde où le vol trouve grâce au yeux de certains s'il peut les servir.

Libellés : , , ,

1 Comments:

Anonymous Anonyme said...

sur mariage d'aicha :
http://sabreislam.zikforum.com/ftopic9.MARIAGE-D-aicha.htm

comprendre le judaisme :
http://satanic-bible.editboard.com/ftopic87.talmud-et-chretiens.htm

comprendre islam :
http://islamnow.les-forums.com/

3:52 AM  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home

Libre et libéral: blog libéral, subversif et dissident contre le Moloch socialiste