jeudi, janvier 05, 2006

Petite chanson pour la route


Libres ?

On est bien trop libre,
Surtout l’économie,
On est bien trop libre
Lois, décrets, édits
Doivent tout bloquer,
L’intérêt général,
Tous nous guider
Vers le saint graal.


Fight for your freedom
Here is cowards kingdom
They’ve all forgotten
We’re under heavy chains [bis]

X2


On est bien trop libre,
Et il faut que ça cesse,
On est bien trop libre,
Faut rétablir les SS,
Construire des frontières,
Etatiser l’économie,
Saluer la patte en l’air,
Un sain retour à la patrie.


On est bien trop libre
Ne voyez-vous pas ?
On est bien trop libre,
Vivement la Chariah,
Retrouver les valeurs :
Sexisme, intolérance,
Crime d’honneur
Et partout violence


On est bien trop libre,
Des années que ça dure,
On est bien trop libre,
Rétablir la censure.
Contrôler la pensée,
Régir les plumitifs,
Au moins les torturer,
Et taire les plus rétifs.

On est bien trop libre,
Comme dirait Marx,
On est bien trop libre,
Y’a pas assez de taxes,
Et puis il nous manque
Une police rouge
Avec kalach et tank
Pour flinguer tout ce qui bouge.

On est bien trop libre,
Ca devient dément,
On est bien trop libre
Construisons des camps
Pour nos ennemis.
On les tuera à la tache,
Pour assainir le pays,
On gazera les lâches.

3 Comments:

Blogger thibault said...

Grande chanson pour barrer la route à certaines idées

Debout, les damnés de la terre
Debout, les forçats de la faim
La raison tonne en son cratère,
C'est l'éruption de la faim.
Du passé faisons table rase,
Foule esclave, debout, debout
Le monde va changer de base,
Nous ne sommes rien, soyons tout.

C'est la lutte finale ;
Groupons nous et demain
L'Internationnale
Sera le genre humain.

Il n'est pas de sauveurs suprêmes
Ni Dieu, ni César, ni Tribun,
Producteurs, sauvons-nous nous-mêmes
Décrétons le salut commun.
Pour que le voleur rende gorge,
Pour tirer l'esprit du cachot,
Soufflons nous-même notre force,
Battons du fer tant qu'il est chaud.

L'Etat comprime et la Loi triche,
L'impôt saigne le malheureux ;
Nul devoir ne s'impose au riche ;
Le droit du pauvre est un mot creux
C'est assez languir en tutelle,
L'Egalité veut d'autres lois ;
" Pas de droits sans devoirs, dit-elle
Egaux pas de devoirs sans droits ".

Hideux dans leur apothéose,
Les rois de la mine et du rail
Ont-ils jamais fait autre chose
Que dévaliser le travail ?
Dans les coffres-forts de la banque
Ce qu'il a crée s'est fondu,
En décrétant qu'on le lui rende,
Le peuple ne veut que son dû.

Les rois nous saoûlaient de fumée,
Paix entre nous, guerre aux Tyrans
Appliquons la grève aux armées,
Crosse en l'air et rompons les rangs !
S'ils s'obstinent ces cannibales
A faire de nous des héros,
Ils sauront bientôt que nos balles
Sont pour nos propres généraux.

Ouvriers, paysans, nous sommes
Le grand parti des travailleurs,
La terre n'appartient qu'aux hommes,
L'oisif ira loger ailleurs.
Combien de nos chairs se repaissent !
Mais si les corbeaux, les vautours,
Un de ces matins disparaissent,
Le soleil brillera toujours.

8:52 PM  
Blogger AM said...

Tu te barres la route à toi même thibault, tu n'est que ton propres fossoyeur avec tes idées qui ont prouvées qu'elles ne sont pas viable et ne permettent qu'une chose: asservir l'homme.

9:28 PM  
Blogger AM said...

Désolé pour les fautes d'orthographes, je mérite sûrement une éxécution publique & populaire pour ça.

9:29 PM  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home

Libre et libéral: blog libéral, subversif et dissident contre le Moloch socialiste