lundi, octobre 16, 2006

Thrasymaque et Simon sur les armes. (Partie I I)


Thrasymaque : Auriez-vous l’obligeance de reprendre avec moi, je vous prie, notre discussion de tantôt ?
Simon : Naturellement, maître.
Thrasymaque : Je vous remercie. Pour ne rien vous cacher, je crois déceler une faille dans le raisonnement que vous y’avez tenu.
Simon : Une faille ?
Thrasymaque : Ne suppose-t-il pas un usage des armes autres que le meurtre sauvage ?
Simon : Précisément.
Thrasymaque : Lequel ?
Simon : La légitime défense.
Thrasymaque : A la bonne heure. Mais contre qui ou quoi ?
Simon : Contre toute violence, tout crime exercés à mon encontre, qu’ils soit légaux ou illégaux d’ailleurs.
Thrasymaque : Comment cela ?
Simon : La liberté de porter ou de posséder des armes à feu découle, outre de la liberté de propriété, de la liberté de se défendre face à un agresseur.
Thrasymaque : Elle permet surtout au agresseurs d’être armés.
Simon : Cela ne change rien ne ce qui les concerne, ils trouveront quoiqu’il arrive un moyen de se procurer des armes par des trafics mafieux ou le marché noir-du moins tant qu’il subsistera la moindre liberté- laissant les honnêtes gens dépourvus à leur mercie, l’effet dissuasif de ces armes entre les mains des citoyens brillant par son absence. Sans oublier que seuls les individus les plus vigoureux seront à même de remporter un combat à armes blanches ou mains nues, ce que vous qualifiez, si je ne m’abuse, de « Loi du plus fort ».
Thrasymaque : J’en doute.
Simon : L’ Amérique nous offre pourtant un bel exemple.
Thrasymaque : Allons donc.
Simon : Vous n’ignorez pas que les dirigeants américains ont quelque peu malmené l’idéal des Pères Fondateurs, au point que les Etats et communes ont adopté au cours du 20eme siècle pas moins de vingt mille textes visant à contrôler voire proscrire le port ou la propriété d’armes à l’instar de New-York.
Thrasymaque : Eh bien, je vous avoue que je l’ignorais.
Simon : Je poursuis. En 1977, seuls huit Etats accordaient à leurs citoyens le droit de porter des armes dissimulées. De 1977 à 1992 dix autres Etats américains ont à leur instar libéralisé le port d’arme. Or, on observa une baisse significative des meurtres ( -7,7%, -20% en ce qui concerne la Floride de 1987 à 1992), des viols ( -5,3%) et des agressions violentes (-7,0%) d’après les conclusions de John Lott, directeur d’études à l’Université de Chicago, selon une analyse de 54000 données criminologiques de 3 054 communes (à lire dans More Guns, Less Crime, Chicago, University of Chicago Press, 1998).
Thrasymaque : Soit, soit.
Simon : En restons-nous là ?
Thrasymaque : Non pas. Qu’appelez-vous la violence légale ?
Simon : La violence autorisée ou exercée par des structures «politiques », légiférant et dirigeant la vie des citoyens.
Thrasymaque : Une illustration, peut-être ?
Simon : La Shoah, la colonisation, le goulag, la Terreur lors de la Révolution, la répression politique… En faire la revue tient de l’inconcevable tant ces crimes sont légions.

Thrasymaque : Certes.
Simon : Or, l’Histoire si cruelle soit-elle ne nous enseigne-t-elle pas que ces régimes mortifères ont toujours trait à la prohibition des armes, et tout spécialement des armes à feu ?
Thrasymaque : Eh bien…
Simon : Pouvez-vous ne serait-ce que concevoir un Etat autoritaire ou totalitaire sans cette prohibition ?
Thrasymaque : Assurément non.
Simon : Nous sommes donc en mesure affirmer sans se trouver péremptoires que la libre propriété des armes permet de se protéger de l’arbitraire du pouvoir ?
Thrasymaque : Je vous l’accorde.
Simon : Ainsi, car le droit de posséder et porter les armes, loin de rendre les truands plus puissants, relève du droit d’auto-défense, garant efficace de l’ensemble de nos libertés face aux atteintes faites à notre personne ou à notre propriété et ce, que les malfrats soient d’essence individuelle ou institutionnelle, en dépourvoir quiconque s’avère la pire des incitations au crime à son encontre, un risque effroyable que l’on fait courir au nom d’une sacro-sainte et soi-disant « sécurité publique » sans aucune légitimité réelle.

Libellés : , , , ,

18 Comments:

Blogger Evil Jo said...

salut, je viens de découvrir ton blog, ce premier article que je lis, sous la forme d'une pièce de théatre, est tout simplement excellent.

j'ajouterai que ce qui fait qu'il y a plus de meurtres par balle aux Etats-Unis qu'en Europe n'est pas le port d'armes, sans lequel il y en aurait sans doute beaucoup plus.

Non, c'est la culture de la violence qu'ils développent (dans les films, les émissions où des femmes à moitié nues tirent avec des mitraillettes, et la longue histoire des cows-boys)

je pense néanmoins qu'en France, le permis de port d'armes sans la peine de mort pour meurtre ou viol entrainerait une augmentation très forte des meurtres et des viols, les gens n'ayant pas la responsabilité et la conscience (en fait, je ne vois pas comment l'expliquer plus clairement, mais je pense que c'est compréhensible) que l'on inculque à une bonne partie des américains.

pouvoir porter une arme, et pouvoir sortir de prison au bout de 5 ans si l'on commet un meurtre, mettrait la france à feu et à sang.

c'est pourquoi, si l'on autorise le port d'armes, on doit également rétablir la peine de mort.

c'est les deux, ou ni l'un ni l'autre.

j'espère que tu répondra à mon commentaire, en me citant.

11:58 AM  
Anonymous Anonyme said...

Bonjour,
Je partage le point de vue d'evil jo, mais je dois ajouter quelque chose.
Les trois grandes religions issues du judaïsme développent l'idée de la valeur de la vie (seulement celle des preux, mais c'est déja un début). Ors l'Eglise a commis tellement d'érreurs au cours des deux mille ans passés qu'aujourd'hui il y a un rale bol spéctaculaire.
Je ne défend pas l'Eglise, mais la vie est quelque chose de difficile a faire et a garder et tout le Monde l'oublie. Les gens oublient que s'ils ne vivaient pas ils ne pourraient pas se soucier de leurs nombrils.
Nous restons des animaux avant tout mais les animaux ne s'entretuent pas par plaisir.

6:20 PM  
Blogger Simon said...

Les chats tuent pour leur plaisir, si.

10:30 PM  
Anonymous Elllimaclalimac said...

ce Thrasymaque à un sens de la rethorique assez...limité non? et quelle pretention d'adopter le même principe que Socrate pour argumenter ta (n'ayons pas peur des mots!!) merde...
toi et tes idées me degoutent

10:57 AM  
Anonymous Anonyme said...

Elllimaclalimac a dit...

ce Thrasymaque à un sens de la rethorique assez...limité non? et quelle pretention d'adopter le même principe que Socrate pour argumenter ta (n'ayons pas peur des mots!!) merde...
toi et tes idées me degoutent

10:57 AM


bien dit.

Au fait Simon, t'as pas parlé des executions publiques qu'il faudrait remettre au gout du jour pour que les gens comprennent que c'est pas bien de tuer sinon on finit au gibet de potence...
J'espere que t'auras pas d'enfant ou que ce sera ta femme qui les éduquera (ce qui semble correspondrent à tes convictions...) en esperant qu'elle soit moins conne...

2:33 PM  
Blogger Pan said...

C'est incroyable ça, d'être incapable de ne pas être d'accord sans être vulgaire.
Est-ce que tous les totalitaires anti-armes sont comme ça?

3:47 PM  
Blogger Simon said...

Certains sont quand même un peu plus fins.

5:04 PM  
Anonymous Elllimaclalimac said...

c'est vrai que "merde" et "conne", sont les summums de la vulgarité.

en clair, les "esprits fins" sont ceux qui sont conquis par tes discours?

2:56 PM  
Anonymous Anonyme said...

Si tu veux vraiment faire au moins jeu égal avec les "méchants" que tu décris, il faudrait que tu es l'amre la plus perfectionné qui soit et que tu sache t'en servir. Or, une arme a un prix et s'entrainer "légalement" dans les stand aussi. Crois tu qu'un Smicard aui fait les trois 8 ait les moyens d'acheter une arme et le temps d'apprendre a t'en servir?
NON
Donc c'est par égalité (par solidarité dirons certains) que le port d'arme est (heureusement) interdit en France.

Tu ne m'enleveras pas de l'idée que quand personne n'as d'armes personne ne les utilisent (ben oui vu qu'il n'y en a pas...) donc le problème est vite résolu.

3:01 PM  
Blogger Simon said...

1) On peut trouver des revolvers pour quelques centaines de dollars ainsi que vous pouvez le constater ici: http://www.gunsamerica.com/1590/1590-random-1.htm

2) Pour l'instant, des centaines de milliers d'armes sont en circulation en France, et sont la propriété d'individus peu recommanables.

3) Dans une société sans arme, seuls les plus forts physiquement seront à même d'imposer leur loi.

4:23 PM  
Anonymous Anonyme said...

Tes chiffres sont faux ! Il n'y a rien sur google concernant une baisse de la criminalité dans des Etats graçe à la libéralisation des armes. Et le titre du magazine n'est pas neutre, c'est un fait. ("More Guns, Less Crimes")...

Bref, si tu arrives à me démontrer que ces chiffres sont vrais, je soutiendrais la libre circulation des armes.

9:14 PM  
Anonymous Anonyme said...

En 1977, seuls huit Etats accordaient à leurs citoyens le droit de porter des armes dissimulées. De 1977 à 1992 dix autres Etats américains ont à leur instar libéralisé le port d’arme. Or, on observa une baisse significative des meurtres ( -7,7%, -20% en ce qui concerne la Floride de 1987 à 1992), des viols ( -5,3%) et des agressions violentes (-7,0%) d’après les conclusions de John Lott, directeur d’études à l’Université de Chicago, selon une analyse de 54000 données criminologiques de 3 054 communes (à lire dans More Guns, Less Crime, Chicago, University of Chicago Press, 1998).



Faux ! Aucune source de cela sûr google.

Immonde menteur.

9:15 PM  
Blogger Simon said...

Il existe des tutoriels sur la toile à propos de google si vous avez du mal.

9:58 PM  
Anonymous Anonyme said...

Prouve le moi, Einstein.

Et considères-tu qu'un magazine "More guns less crimes" peut-être considéré comme une source fiable ?

8:43 PM  
Anonymous Elllimaclalimac said...

t'es mignon, t'oublis de preciser que le taux de criminalité à explosé durant les années 80... et que si la criminalité a baisser à partir des années 90, c'est plutot du au fait que le chomage a regresser significativement, et à sorti de nombreux jeune de leur inactivité. les changements demographiques ont aussi joué leur role dans cette baisse. Aussi, ces conclusions comme quoi "More Guns, Less Crimes", sont COMPLETEMENT erronées. tu t'es donc completement defequer dessus. j'ai tort?

12:25 PM  
Anonymous Anonyme said...

J'ai dis que personne ne devait avoir d'arme, c'est vrai. Mais je n'ai jamais dit qu'il devait pas y avoir d'arme en France.
Que donnerait on a nos amis policiers qu'on appellent FORCE de l'ordre. Il ne devrait par contre ne pas avoir besoin de s'en vervir, leur valeur dissuasive étant suffisante a cela?

Explqiue moi aussi comment tu reconnais une personne peu recommandable d'une autre? En est tu une? Pourquoi en serais tu une plus qu'une autre? Pourquoi aurais tu le droit d'avoir une arme plus qu'un autre?

5:41 PM  
Blogger Simon said...

Réponse globale

Et considères-tu qu'un magazine "More guns less crimes" peut-être considéré comme une source fiable ?

Un magazine? Il s'agit d'un ouvrage scientifique de quelques centaines de pages, extrèmement documenté.

t'es mignon, t'oublis de preciser que le taux de criminalité à explosé durant les années 80... et que si la criminalité a baisser à partir des années 90, c'est plutot du au fait que le chomage a regresser significativement, et à sorti de nombreux jeune de leur inactivité. les changements demographiques ont aussi joué leur role dans cette baisse. Aussi, ces conclusions comme quoi "More Guns, Less Crimes", sont COMPLETEMENT erronées. tu t'es donc completement defequer dessus. j'ai tort?

Oui. J'en veux pour preuve les comparaisons entre Etats...

J'ai dis que personne ne devait avoir d'arme, c'est vrai. Mais je n'ai jamais dit qu'il devait pas y avoir d'arme en France.
Que donnerait on a nos amis policiers qu'on appellent FORCE de l'ordre. Il ne devrait par contre ne pas avoir besoin de s'en vervir, leur valeur dissuasive étant suffisante a cela?


Si je saisis bien, vous estimez que les Forces de l'ordre sont "personnes", n'est-ce pas? Pourtant, si, il s'agit d'hommes, de femmes à qui on confie une arme et qui dans la plupart des pays s'en servent contre leurs concitoyens sans aucune crainte de représailles.


Explqiue moi aussi comment tu reconnais une personne peu recommandable d'une autre? En est tu une? Pourquoi en serais tu une plus qu'une autre? Pourquoi aurais tu le droit d'avoir une arme plus qu'un autre?


Ainsi que vous le constatez, je ne peux identifier dans la rue une "personne recommandable"... Qu'importe?
Au passage, ce droit s'applique à tout individu (du moins n'ayant pas commis de crimes auparavant).

8:15 PM  
Anonymous Elllimaclalimac said...

jolie rethorique. un brouet clair de mauvaise foi et de betise...

11:19 AM  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home

Libre et libéral: blog libéral, subversif et dissident contre le Moloch socialiste