lundi, août 13, 2007

Du socialisme, du sang et des armes (variations sur l'avenir du libéralisme)

Je vis les vacances les plus ternes, les plus dénuées d'interêt de mon existence. Ne pouvait me permettre de partir, je me retrouve cloîtré devant mon PC, la connection wi-fi paradoxalement seul fil me reliant à la vie extérieure. Je souffre, mais certainement pas de la solitude, je n'ai aucun goût pour la Cité post-moderne, grouillant de petits bourgeois et de godelureaux dépravés, sicaires populaires de la modestie dans la honte et du jouir. Tout ceci dans une atmosphère de station estivale pour pourceaux d'Epicure. Abject. Non, je rêve tout simplement de grands espaces, à perte de vue, sans quiconque pour souiller la féérie de l'harmonie, de la grandeur et de la séreinité. A la manière d'une toile de Friedrich.
Presque deux mois donc pour acquérir une certitude: On ne sauvera pas le libéralisme en France, ni même la France et nous ne devons plus perdre notre temps pour y parvenir. Après cinquante ans de la Gueuse n°5 (du Coco Chanel, certainement) et d'un Etat gangréné par le socialo-marxisme jusqu'à s'en faire le porte-parole dans les salles de classe et les universités, la chienlit soviétique parvient à ses fins: la mort de l'esprit de liberté. Oh, bien entendu, la stratégie mise en place délibérement par le PCF et la CGT avec la bénédiction de De Gaulle à la sortie de la Seconde Guerre Mondiale semble vaine désormais que l'URSS s'est officiellement effondrée (afin de mieux renaître sous le patronage du tchékiste Poutine). Loin de moi l'idée de vous effrayer outre-mesure mais prenons le temps d'observer en détail la situation qui se présente à nos pupilles innocentes: un Etat tentaculaire, pieuvre mafieuse aux ramifications insoupçonnées, corrompu et autoritaire, des syndicats et activistes qui ont abandonné la lutte des classes pour la "justice sociale"-motif parait-il suffisant pour pousser des agriculteurs écolos au suicide et paralyser un pays quoiqu'un peu vague, je doute que quiconque ne souhaite tant savoir ce qu'il recouvre-, des médias détenus par des trusts et regurgitant la même bienpensance et une classe politique univoque: l'on se doit d'aider les pauvres, faire des sacrifices, redonner du prestige à l'Etat, combiner le social et l'efficacité, développer durablement, le tout dans une ambiance festive, dynamique profondément ancré dans les valeurs républicaines. Naturellement, la gauche ne nous avait pas habitué à autre chose depuis la Révolution mais la dépravation de la droite... Cela ne porte pas de nom. Je n'ose à ce point de mon exposé évoquer la politique étrangère. Mon interêt pour la politique connait deux raisons, le goût pour l'éthique, la méthaphysique et plus encore la crainte des dictatures. Le syndrôme Munich 1938 fait donc figure à mes yeux de prélude à l'horreur des charniers. Néo-conservateur il y'a encore quelques années et ayant grandi sous Mitterand puis Jospin, je ne doutais pas à 17 ans de la responsabilité historique de la gauche, anti-américaine, soutien inconditionnel des bourreaux khmers, des mollahs iraniens et j'espèrais une sortie par la droite du tunnel munichois. J'ignorais tout de la pensée libérale, des turpitudes de la droite gouvernementale et de ce qu'il adviendrait du second quinquennat de Chirac. Sans doute aurais-je pu finir sarkozyste, me rendant aux dîners de l'UMP pour glorifier, genoux à terre, les icônes du Saint Patron et rendre grâce à de pseudos-valeurs pour entrepreneur crasseux ou étudiant en école de commerce: l'ordre, l'autorité, la nation, la république (encore)... J'aurais pu saluer une vente de missiles Milan à un tyran libyen ou je ne sais quelle mesure liberticide prise par ce gouvernement de criminels en puissance. Mais je ne crois plus en la légitimité de l'Etat, je ne crois plus au politique, je ne crois plus en l'altruisme et au sacrifice comme vertus suprêmes, je ne crois avant tout plus au compromis. Plus maintenant. La logique n'en accepte aucun et la liberté encore moins. Oeuvrent dans mon sens les tristes expériences des Lib-dems anglais, du Parti Libéral suisse dont les dirigeants vont jusqu'à ignorer l'existence des libertariens, du Mouvement Réformateur belge "dans le voisinage du PS" dixit Louis Michel ou du projet mort-né d'Alternative Libérale, gonflé au violet flashy, dont l'on ne peut pardonner la main tendue aux sociaux-démocrates jusqu'à rejoindre Bayrou. Aucun ne peut se prévaloir d'une victoire de nos idées ou de la liberté, ni même de la moindre faille dans la matrice socialiste. Tout ceci malgré les mises en garde insistantes des libéraux historiques et libertariens. Comprenons-nous: les libéraux ne pourront jamais remporter quelque bataille politique que ce soit pour une raison évidente: le libéralisme est une philosophie anti-politique. Un libéral ne peut accepter aucun poste, aucune magistrature, aucun cabinet, aucun siège sans se compromettre ni se renier. Et accessoirement diviser, rabaisser la communauté libérale aux yeux de l'opinion publique. L'on ne peut entraver indéfiniment la socialisation inéxorable d'un Etat: l'Humanité sacrifie toujours davantage au Moloch. Par obstination, mysticisme, calcul politique ou stupidité crasse.
Reste à établir une stratégie claire, sans concession ni corruption, sans déni de la réalité. Puisque nous ne pouvons sauver la France, précipitons sa chute. S'abstenir devient dès lors inutile, nous devons voter socialiste, pousser ces ordures à bout, les forcer dans leurs retranchements aussi loin que nous le pourrons. Ceci lors des élections, des sondages d'opinion. Il s'agit de leur accorder notre confiance pour pourrir ce pays délibérement. Fabius ou Mélenchon y parviendront aisément en quelques années, pour peu qu'ils s'adjoignent le parangon du mauvais goût Lang et l' idiot Montebourg. Enfin, même sans eux, au point où nous en sommes... Quelques années durant lesquelles nous ne relâcherons aucune effort d'activisme, de médiatisation, de publicité, d'agitation, de subversion, sur internet comme ailleurs. En parallèle et discrètement, il convient de se préparer pour la suite des évèments: acquérir des armes, pléthore d'armes, déménager près des frontières et particulièrement près des zones montagneuses. La guerrilla (ainsi ce sera clair pour chacun) s'y avéra indubitablement plus aisée à mener: davantage de caches naturelles, des frontières pour se protéger, des réseaux de contre-bande à organiser (je pense notamment aux armes en vente quasi-libre chez nos amis suisses, et au nombre conséquent de libertariens helvétiques prêts à nous rejoindre)... Montani semper liberi comme le veut la devise du Montana. Naturellement, l'on ne peut rêver d'une reconquista complète. Nous nous contenterons de déclarer indépendants les territoires contrôlés par nos milices. Pas de négociation. Une Révolution à l'Américaine. Des hommes libres contre les Red Coats, des miliciens aux idéaux les plus nobles contre une vermine bestiale. Je ne puis garantir la parfaite réussite d'un tel plan, je le concède volontiers et je ne prétendrais pas que vous n'avez que vos chaînes à perdre. Mais je n'en conçois pas d'autres à l'heure actuelle et les caciques tièdes peuvent bien me hurler leurs anathèmes ou leurs poncifs éculés, nonobstant leur modération et leur respect du processus démocratique, leur avenir est d'ores et déjà condamné. Je ne tiens pas à ce que le mien le soit.

Libellés : , , , , , , , , , , , , ,

12 Comments:

Anonymous Guilhem said...

Du grand Simon !!

9:08 PM  
Anonymous Paco said...

quel taré inculte!
faut sortir de la branlette mon garçon...
ou y retourner
tu me diras, c'est plus original que skin ou catho intégristes, mais au moins eux n'ont pas que le suicide ou le meutre crapuleux pour seule issue!

10:12 PM  
Blogger Simon Aubert said...

je ne vous suis pas...

10:14 PM  
Anonymous Anonyme said...

la france gangrénée par le socialo marxisme??? faut le lire pour le croire

vous êtes a cote de la plaque monsieur simon

11:34 PM  
Anonymous DDG said...

Ridicule a souhaits...probablement 20 ans, encore qqs boutons de puberte et trop de limonades, de chamalow et de bd.
Aucune experience de vie. Sortez de chez vous, avec ou sans moyens et oubliez la vie a ecrans. Vivez d'abord et ensuite plus tard vous raconterez parce que la c'est...
Ridicule et Pitoyable.

11:39 PM  
Blogger Simon Aubert said...

Le lectorat du comité de salauds publics... joie.

6:20 PM  
Anonymous Cortes said...

(mode ironie on) Ben oui, Simon, vous n'êtes pas au courant ? Le gouvernement actuel mène une politique ultralibérale. Songez donc que dans cinq ans, la part du PIB passant entre les mains de l'Etat passera - peut-être - en-dessous de 50 %. Une véritable anarcapie.

12:17 PM  
Blogger Simon Aubert said...

Songez donc que dans cinq ans, la part du PIB passant entre les mains de l'Etat passera - peut-être - en-dessous de 50 %.

L'espoir chevillé au corps, donoso cortes? Je n'en rêve même plus...

4:02 PM  
Anonymous Anonyme said...

Et ben, comme résumé de conneries tu est champion du monde!!
Tu devrais te flinguer, cà ferait un con de moins.

10:00 AM  
Blogger Simon Aubert said...

Je pourrais me gausser mais non, je reste indifférent... trop chaud.

10:35 AM  
Anonymous Anonyme said...

Quelle belle plume sous laquelle ceux qui ne pensent pas comme vous se transforme en chianlit soviétique. Le traditionnel appel à l'effondrement de l'URSS pour se justifier. Comme cela a l'air dur d'être Simon Aubert. Incompris de toute cette pourriture communiste dans une France qui se porte au plus mal. Finalement vous passez aussi votre temps à vous plaindre. Agir?

10:39 PM  
Blogger Josick d'esprit agricole said...

Intéressant. Et de ma plume

11:38 PM  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home

Libre et libéral: blog libéral, subversif et dissident contre le Moloch socialiste